Choses anciennes

et toujours nouvelles

Login Form

Le Gethsemani de Jesus dans les Evangiles

 

 

      Nous lisons, dans la Mémoire des témoins vivants, ce qui s’est réellement passé ICI dans le Jardin durant cette nuit dramatique… avant la trahison et l’arrestation de Jésus.

 

 

Le Gethsemani selon Matthieu

 

36 "Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani, et il dit aux disciples: "Restez ici, tandis que je m'en irai prier là-bas."37  Et prenant avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il commença à ressentir tristesse et angoisse.38  Alors il leur dit: "Mon âme est triste à en mourir, demeurez ici et veillez avec moi."39  Etant allé un peu plus loin, il tomba face contre terre en faisant cette prière: "Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux."40  Il vient vers les disciples et les trouve en train de dormir ; et il dit à Pierre : "Ainsi, vous n'avez pas eu la force de veiller une heure avec moi!41  Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation: l'esprit est ardent, mais la chair est faible."42  A nouveau, pour la deuxième fois, il s'en alla prier : "Mon Père, dit-il, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! "

 

43 Puis il vint et les trouva à nouveau en train de dormir; car leurs yeux étaient appesantis.44  Il les laissa et s'en alla de nouveau prier une troisième fois, répétant les mêmes paroles.45  Alors il vient vers les disciples et leur dit: "Désormais vous pouvez dormir et vous reposer: voici toute proche l'heure où le Fils de l'homme va être livré aux mains des pécheurs.46  Levez-vous! Allons! Voici tout proche celui qui me livre."47  Comme il parlait encore, voici Judas, l'un des Douze, et avec lui une bande nombreuse armée de glaives et de bâtons, envoyée par les grands prêtres et les anciens du peuple.48  Or le traître leur avait donné ce signe: "Celui à qui je donnerai un baiser, c'est lui; arrêtez-le."49  Et aussitôt il s'approcha de Jésus en disant: "Salut, Rabbi", et il lui donna un baiser.50  Mais Jésus lui dit: "Ami, fais ta besogne." Alors, s'avançant, ils mirent la main sur Jésus et l'arrêtèrent.51  Et voilà qu'un des compagnons de Jésus, portant la main à son glaive, le dégaina, frappa le serviteur du Grand Prêtre et lui enleva l'oreille.

 

52  Alors Jésus lui dit: "Rengaine ton glaive; car tous ceux qui prennent le glaive périront par le glaive.53  Penses-tu donc que je ne puisse faire appel à mon Père, qui me fournirait sur-le-champ plus de douze légions d'anges?54  Comment alors s'accompliraient les Ecritures d'après lesquelles il doit en être ainsi? "55  A ce moment-là Jésus dit aux foules: "Suis-je un brigand, que vous vous soyez mis en campagne avec des glaives et des bâtons pour me saisir? Chaque jour j'étais assis dans le Temple, à enseigner, et vous ne m'avez pas arrêté."56  Or tout ceci advint pour que s'accomplissent les Ecritures des prophètes. Alors les disciples l'abandonnèrent tous et prirent la fuite".

(Mt 26, 36-56)

 

Bref commentaire sur le texte:

 

Le domaine de Gethsémani, nommé aussi le site du pressoir est indiqué par Matthieu et Marc comme le lieu où le drame de la Passion de Jésus a vraiment commencé. La faiblesse humaine de ce moment de tristesse et d’angoisse est marquée par la prière de Jésus qui par trois fois implore le Père « que la coupe passe »: il s’agit d’une expression biblique pour indiquer le sort terrible que Dieu réserve en particulier à ses adversaires.

 

A ses disciples qui dorment, Jésus rappelle de prier pour ne pas « tomber en tentation ». Cet enseignement est également contenu dans la prière du Notre Père, afin que le Père n’abandonne pas ses enfants au moment des tentations, mais leur donne la force de les surmonter. 

 

Matthieu raconte le salut de Judas, suivi d’un baiser : il s’agissait d’une forme habituelle de salutation dans les populations orientales et cela indiquait un étroit rapport d’amitié. Jésus ne retire pas cette amitié en appelant Judas « ami ». Dans le récit de Matthieu, on trouve aussi expliqué la réaction de Jésus contre un de ses disciples qui tira son épée, enleva une oreille au serviteur du Grand Prêtre. Jésus condamne l’action pour deux raisons : d’une part, l’exaltation de la non-violence et du pardon ; d’autre part, la certitude que son arrestation faisait partie du plan que Dieu avait tracé et confié aux Ecritures des prophètes.



 

Le Gethsemani selon Marc

 

 

32 "Ils parviennent à un domaine du nom de Gethsémani, et il dit à ses disciples: "Restez ici tandis que je prierai."33  Puis il prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et il commença à ressentir effroi et angoisse.34  Et il leur dit : "Mon âme est triste à en mourir ; demeurez ici et veillez". 35  Etant allé un peu plus loin, il tombait à terre, et il priait pour que, s'il était possible, cette heure passât loin de lui.36  Et il disait: "Abba (Père)! tout t'est possible: éloigne de moi cette coupe ; pourtant, pas ce que je veux, mais ce que tu veux! "37  Il vient et les trouve en train de dormir ; et il dit à Pierre : "Simon, tu dors ? Tu n'as pas eu la force de veiller une heure?38  Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation : l'esprit est ardent, mais la chair est faible."39  Puis il s'en alla de nouveau et pria, en disant les mêmes paroles.40  De nouveau il vint et les trouva endormis, car leurs yeux étaient alourdis ; et ils ne savaient que lui répondre.41 

 

Une troisième fois il vient et leur dit: "Désormais vous pouvez dormir et vous reposer. C'en est fait. L'heure est venue: voici que le Fils de l'homme va être livré aux mains des pécheurs.42  Levez-vous! Allons! Voici que celui qui me livre est tout proche."43  Et aussitôt, comme il parlait encore, survient Judas, l'un des Douze, et avec lui une bande armée de glaives et de bâtons, venant de la part des grands prêtres, des scribes et des anciens.44  Or, le traître leur avait donné ce signe convenu: "Celui à qui je donnerai un baiser, c'est lui ; arrêtez-le et emmenez-le sous bonne garde."45 

 

Et aussitôt arrivé, il s'approcha de lui en disant : "Rabbi", et il lui donna un baiser.46  Les autres mirent la main sur lui et l'arrêtèrent.47  Alors l'un des assistants, dégainant son glaive, frappa le serviteur du Grand Prêtre et lui enleva l'oreille.48  S'adressant à eux, Jésus leur dit: "Suis-je un brigand, que vous vous soyez mis en campagne avec des glaives et des bâtons pour me saisir!49  Chaque jour j'étais auprès de vous dans le Temple, à enseigner, et vous ne m'avez pas arrêté. Mais c'est pour que les Ecritures s'accomplissent."50  Et, l'abandonnant, ils prirent tous la fuite.51  Un jeune homme le suivait, n'ayant pour tout vêtement qu'un drap, et on le saisit ;52  mais lui, lâchant le drap, s'enfuit tout nu".

     (Mc 14, 32-52)

 

 

 

Bref commentaire sur le texte:

 

L’Evangéliste Marc raconte la nuit d’angoisse et de prière intense de Jésus qui le conduit à s’abandonner définitivement à la volonté du Père, suivi de la trahison de Judas. Marc souligne que la prière de Jésus à son Père était pleine de confiance et de familiarité. Dans le texte, Jésus s’adresse à son Père avec le mot « Abba », qui dans la tradition juive n’est jamais utilisé envers Dieu.  En outre, « Abba » est  seulement utilisé dans cet Evangile, pour souligner la profonde intimité entre Dieu et son Fils Jésus au moment où celui-ci avait vraiment besoin de l’amour du Père.

 

Marc est le seul à ajouter un détail, peut-être de nature personnelle : il s’agit d’un jeune garçon qui, pour échapper aux gardes laisse tomber le drap et reste nu. Il pourrait s’agir d’un mémoire autobiographique. Marc était à Jérusalem et le domaine du Gethsémani pouvait appartenir à sa famille ; et en cette nuit-là, il aurait été surpris,  dormant dans son abri et pour cela il n’était recouvert que d’un drap.


 

Le Gethsemani selon Luc

 

 

39 "Il sortit et se rendit, comme de coutume, au mont des Oliviers, et les disciples aussi le suivirent.40  Parvenu en ce lieu, il leur dit: "Priez, pour ne pas entrer en tentation."41  Puis il s'éloigna d'eux d'environ un jet de pierre et, fléchissant les genoux, il priait en disant :42  "Père, si tu veux, éloigne de moi cette coupe ! Cependant, que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne qui se fasse!"43  Alors lui apparut, venant du ciel, un ange qui le réconfortait.44  Entré en agonie, il priait de façon plus instante, et sa sueur devint comme de grosses gouttes de sang qui tombaient à terre.45  Se relevant de sa prière, il vint vers les disciples qu'il trouva endormis de tristesse,46  et il leur dit: "Qu'avez-vous à dormir ? Relevez-vous et priez, pour ne pas entrer en tentation."

 

47  Tandis qu'il parlait encore, voici une foule, et à sa tête marchait le nommé Judas, l'un des Douze, qui s'approcha de Jésus pour lui donner un baiser.48  Mais Jésus lui dit : "Judas, c'est par un baiser que tu livres le Fils de l'homme! "49  Voyant ce qui allait arriver, ses compagnons lui dirent: "Seigneur, faut-il frapper du glaive? "50  Et l'un d'eux frappa le serviteur du grand prêtre et lui enleva l'oreille droite.51  Mais Jésus prit la parole et dit: "Restez-en là." Et, lui touchant l'oreille, il le guérit.52  Puis Jésus dit à ceux qui s'étaient portés contre lui, grands prêtres, chefs des gardes du Temple et anciens: "Suis-je un brigand, que vous vous soyez mis en campagne avec des glaives et des bâtons?53  Alors que chaque jour j'étais avec vous dans le Temple, vous n'avez pas porté les mains sur moi. Mais c'est votre heure et le pouvoir des Ténèbres."54  L'ayant donc saisi, ils l'emmenèrent et l'introduisirent dans la maison du grand prêtre. Quant à Pierre, il suivait de loin".

(Lc 22, 39-54)

    

 

Bref commentaire sur le texte:

 

Parmi les Evangélistes, Luc est le seul à rappeler la « sueur de sang » causé par l’angoisse extrême de Jésus qui, dans ce moment d’obscurité, a reçu du Père le réconfort d’un ange. Le phénomène physique de l’hémarthrose peut se produire en raison des grandes souffrances physiques et l’Evangéliste, qui selon la tradition était médecin, l’attribue « à l’agonie » - du grec « lutte » - de Jésus contre le « pouvoir des ténèbres ». Le « pouvoir des ténèbres » dont étaient en possession ceux qui sont venus prendre Jésus a, au moins deux significations, une littéraire et une  biblique.

 

Comme l’a soutenu Jésus, son arrestation a eu lieu dans la nuit, à la faveur des « ténèbres »,  afin que la foule qui le suivait pendant la journée ne puisse pas venir à son aide. Mais aux « ténèbres » est associé bibliquement l’absence de Dieu ; ceci représente une métaphore de tout ce qui est mal et touché par le péché.

 

L’évangéliste est aussi le seul à raconter  le geste de compassion que Jésus a eu envers le serviteur du Grand Prêtre, en lui guérissant l’oreille blessée par l’épée d’un de ses disciples.

 


 

Le Gethsemani selon Jean

 

 

1"Ayant dit cela, Jésus s'en alla avec ses disciples de l'autre côté du torrent du Cédron. Il y avait là un jardin dans lequel il entra, ainsi que ses disciples.Or Judas, qui le livrait, connaissait aussi ce lieu, parce que bien des fois Jésus et ses disciples s'y étaient réunis.Judas donc, menant la cohorte et des gardes détachés par les grands prêtres et les Pharisiens, vient là avec des lanternes, des torches et des armes.Alors Jésus, sachant tout ce qui allait lui advenir, sortit et leur dit: "Qui cherchez-vous? "Ils lui répondirent: "Jésus le Nazôréen." Il leur dit: "C'est moi.

 

"Or Judas, qui le livrait, se tenait là, lui aussi, avec eux.Quand Jésus leur eut dit: "C'est moi", ils reculèrent et tombèrent à terre.De nouveau il leur demanda: "Qui cherchez-vous? " Ils dirent: "Jésus le Nazôréen."Jésus répondit : "Je vous ai dit que c'est moi. Si donc c'est moi que vous cherchez, laissez ceux-là s'en aller":afin que s'accomplît la parole qu'il avait dite: "Ceux que tu m'as donnés, je n'en ai pas perdu un seul."10  Alors Simon-Pierre, qui portait un glaive, le tira, frappa le serviteur du grand prêtre et lui trancha l'oreille droite. Ce serviteur avait nom Malchus.11  Jésus dit à Pierre : "Rentre le glaive dans le fourreau. La coupe que m'a donnée le Père, ne la boirai-je pas ? "12  Alors la cohorte, le tribun et les gardes des Juifs saisirent Jésus et le lièrent".

(Gv 18, 1-12)

 

      

 

Bref commentaire sur le texte:

 

Jean ne présente pas Jésus comme le serviteur souffrant d’Isaïe 53.  Le Jésus de Jean, à travers sa passion, accomplit la mission à laquelle il était destiné.  Sa propre mort sur la croix en est sa glorification (Jn 12, 20-33). Dans l’évangile de  Jean,  est absent tout le récit de l’agonie qui s’est passé dans le Jardin des Oliviers, alors qu’il présente un Jésus, pas seulement trahi par Judas, mais qui s’offre volontairement pour boire la « coupe » que son Père lui a préparé. Différemment des synoptiques il ne nomme ni le Mont des Oliviers ni le Gethsémani, mais le torrent Cédron qui sépare les hauteurs du mont du Temple de celles du mont des Oliviers.

 

Alors que les autres évangélistes sont vagues pour indiquer le coupable qui a tranché l’oreille du serviteur du Grand Prêtre, Jean, non seulement, indique le nom du serviteur, Malchus, mais il identifie en Simon-Pierre le responsable de la coupure de l’oreille droite. Ce geste doit être interprété comme la volonté, de la part de Pierre, d’imposer une marque d’infamie.

 

En outre, Jean précise que l’arrestation de Jésus fut réalisée par un groupe de soldats et quelques officiers fournis par les chefs des prêtres et par des pharisiens, situation plus réaliste que celle indiquée par Luc qui inclut parmi les présents les  chefs des Prêtres et les chefs des soldats du temple.